Sommaire des données probantes à la base des principes directeurs et recommandations

Santé Canada a mené son premier Cycle d’examen des données probantes à la base des recommandations alimentaires, intitulé« Examen des données probantes 2015 », entre 2013 et 2015. Il a alors examiné les données probantes publiées entre 2006 et 2015. Les méthodes de collecte des données et les conclusions de cet examen sont expliquées en détail ailleurs.[1]

Sources de données probantes incluses dans cet examen :

  • U.S. Institute of Medicine Dietary Reference Intakes reports (y compris la mise à jour des Dietary Reference Intakes for calcium and vitamin D).
  • Rapports de haute qualité sur l’alimentation et la santé publiés par des agences fédérales (comme les rapports de l’U.S. Dietary Guidelines Advisory Committee) ou des organisations scientifiques de premier plan (comme le World Cancer Research Fund).
  • Évaluation des allégations santé par Santé Canada.
  • Revues systématiques récentes de la recherche sur certains sujets sélectionnés en matière d’alimentation.
  • Données sur les apports alimentaires au Canada (Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2004, volet nutrition).
  • Données sur l’état nutritionnel des Canadiens (Enquêtes canadiennes sur les mesures de la santé).
  • Rapports sur l’état de santé des Canadiens.
  • Résultats du rapport Évaluation de l’utilisation de Bien manger avec le Guide alimentaire canadien. Cette évaluation s’appuyait sur les résultats du module de réponse rapide de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2012. Ce module a permis de recueillir les réponses de 9 700 Canadiens relativement à leur sensibilisation au guide alimentaire et à l’utilisation de celui-ci.

En s’appuyant sur Examen des données probantes 2015, Santé Canada continue de surveiller les plus récentes données probantes en matière d’alimentation et de santé. Des rapports scientifiques incluant des revues systématiques approfondies de la littérature portant sur des sujets reliés à l’alimentation ont été pris en compte. Des revues systématiques de haute qualité révisées par des pairs ont aussi été inclues. Des critères d’inclusion stricts ont été fixés au préalable pour la sélection des rapports. Ainsi, les rapports devaient avoir été publiés par des organisations scientifiques de premier plan ou des agences gouvernementales ; ils devaient aussi présenter une classification hiérarchique des données probantes. Des critères d’exclusion ont également été définis. Par exemple, les rapports commandés par l’industrie ont été exclus.

Conclusions appuyant le Principe directeur no 1 :

Modèles d’alimentation

  • Association entre une alimentation plus conforme au modèle Dietary Approaches to Stop Hypertension (DASH) (approche alimentaire pour combattre l’hypertension) et une diminution de la tension artérielle ou du cholestérol LDL.[2]
  • Association entre une alimentation plus conforme au modèle méditerranéen, Portfolio ou DASH et une diminution du cholestérol LDL et du risque de maladies cardiovasculaires.[3]

Aliments qui contiennent des fibres alimentaires

  • Association entre une consommation accrue d’aliments contenant des fibres alimentaires et une diminution du risque de cancer colorectal.[4]

Fruits et légumes

  • Association entre une consommation accrue de fruits et légumes et une diminution du risque de maladies cardiovasculaires.[5]

Noix

  • Association entre une alimentation riche en noix et une diminution du cholestérol LDL[.6]

Protéines de soya

  • Association entre une consommation accrue de protéines de soya et une diminution du cholestérol LDL.[7]

Viande rouge (bœuf, porc, agneau et chèvre)

  • Association entre une consommation accrue de viande rouge (bœuf, porc, agneau et chèvre) et une augmentation du risque de cancer colorectal.[8]

Remplacement des acides gras saturés

  • Association entre le remplacement des acides gras saturés par des acides gras insaturés et une diminution du cholestérol LDL et du risque de maladies cardiovasculaires.[9]

Conclusions appuyant le Principe directeur no 2 :

Sodium

  • Association entre une consommation accrue de sodium et une augmentation de la tension artérielle.[10]

Sucres

  • Association entre une consommation accrue de sucre ajouté (dans les aliments ou les boissons sucrées) et une augmentation du risque d’obésité et de diabète de type 2.[11]
  • Association entre une consommation accrue de boissons sucrées et une augmentation du risque d’obésité chez les enfants.[12]
  • Association entre une consommation accrue de boissons contenant du sucre et une augmentation du risque de carie dentaire chez les enfants.[13]

Remplacement des acides gras saturés

  • Association entre le remplacement des acides gras saturés par des acides gras insaturés et une diminution du cholestérol LDL et du risque de maladies cardiovasculaires.[14]

Viandes transformées

  • Association entre une consommation accrue de viandes transformées (viandes transformées par fumage, marinage, salage ou ajout d’agents de conservation chimiques) et une augmentation du risque de cancer colorectal.[15]

Conclusions appuyant le Principe directeur no 3 :

Santé Canada reconnaît que des connaissances et compétences sont nécessaires à la mise en pratique des principes directeurs no 1 et no 2 et donc à l’amélioration de la qualité de l’alimentation et des résultats de santé. Les données probantes à la base du principe directeur no 3 proviennent surtout d’une analyse effectuée par Santé Canada. Celle-ci fournit une description du contexte canadien à cet égard et des milieux dans lesquels des compétences peuvent être acquises à chaque étape de la vie.[16]

Lien entre la préparation des aliments à la maison et la santé

  • Bien que la recherche sur la relation entre la préparation des aliments à la maison et la santé soit plutôt limitée, les données probantes disponibles permettent de supposer que la préparation des aliments à la maison peut être associée à des modèles d’alimentation conformes aux recommandations sur la saine alimentation.[17]

Contexte canadien

  • On observe une réduction de la consommation d’aliments préparés à partir d’ingrédients de base, ceux-ci étant remplacés par des aliments prépréparés, emballés ou prêts-à-manger dont la préparation nécessite moins de compétences ou des compétences différentes.[18]
  • La proportion du budget alimentaire consacrée par les ménages canadiens aux aliments précuisinés, prêts-à-manger ou prêts-à-réchauffer a significativement augmenté.[19]
  • Les ménages canadiens consacrent en moyenne environ 30 pour cent de leur budget alimentaire à des repas ou collations achetés dans des restaurants, cafétérias, machines distributrices ou autres endroits « à l’extérieur du foyer ».[20] Les repas consommés à l’extérieur du foyer fournissent parfois plus de calories, de sodium, de sucres et de lipides saturés que ceux consommés à la maison.[21]



[1] Colapinto CK, Ellis A, Faloon-Drew K, et al. Developing an Evidence Review Cycle model for Canadian dietary guidance. Journal of Nutrition Education and Behavior. 2016;48(1):77-83. Health Canada. Evidence review of dietary guidance: Technical report. Ottawa, 2016. Ce document existe en français sous le titre Développement d’un modèle de Cycle d’examen des données probantes à la base des recommandations nutritionnelles au Canada.

[2] American College of Cardiology/American Heart Association 2013: Guideline on lifestyle management to reduce cardiovascular risk: a report of the ACC/AHA task force on practice guidelines; Dietary Guidelines Advisory Committee 2015: Scientific report of the DGAC: Advisory report to the Secretary of Health and Human Services and the Secretary of Agriculture.

[3] American College of Cardiology/American Heart Association 2013: Guideline on lifestyle management to reduce cardiovascular risk: a report of the ACC/AHA task force on practice guidelines; Société canadienne de cardiologie 2016: Lignes directrices sur la prise en charge de la dyslipidémie pour la prévention de la maladie cardiovasculaire chez l’adulte.

[4] World Cancer Research Fund 2011: CUP report: colorectal cancer; Public Health England Scientific Advisory Committee on Nutrition 2015: Carbohydrates and Health Report.

[5] Santé Canada 2015: Résumé de l'évaluation par Santé Canada d'une allégation santé au sujet des légumes et des fruits et de la maladie du cœur.

[6] Société canadienne de cardiologie 2016: Lignes directrices sur la prise en charge de la dyslipidémie pour la prévention de la maladie cardiovasculaire chez l’adulte.

[7] Santé Canada 2015: Résumé de l'évaluation d'une allégation santé au sujet des protéines de soya et de la diminution du cholestérol; Société canadienne de cardiologie 2016: Lignes directrices sur la prise en charge de la dyslipidémie pour la prévention de la maladie cardiovasculaire chez l’adulte.

[8] World Cancer Research Fund 2011: CUP report: colorectal cancer.

[9] Santé Canada 2012: Résumé de l'évaluation par Santé Canada d'une allégation santé au sujet du remplacement des gras saturés par des gras monoinsaturés et polyinsaturés et la diminution du cholestérol sanguin; Dietary Guidelines Advisory Committee 2015: Scientific report of the DGAC: Advisory report to the Secretary of Health and Human Services and the Secretary of Agriculture; Dietary Guidelines Advisory Committee 2010: Report of the DGAC on the Dietary Guidelines for Americans;World Health Organization. 2016: Effect of trans-fatty acid intake on blood lipids and lipoproteins: a systematic review and meta-regression analysis; World Health Organization 2016: Effects of saturated fatty acids on serum lipids and lipoproteins: a systematic review and regression analysis.

[10] Organisation mondiale de la santé 2012: Sur l'apport en sodium chez l'adulte et chez l'enfant. Directives: Résumé d'orientation; American College of Cardiology/American Heart Association 2013: Guideline on lifestyle management to reduce cardiovascular risk: a report of the ACC/AHA task force on practice guidelines; Dietary Guidelines Advisory Committee 2010: Report of the DGAC on the Dietary Guidelines for Americans; National Health and Medical Research Council 2011: A review of the evidence to address targeted questions to inform the revisions of the Australian Dietary Guidelines.

[11] Dietary Guidelines Advisory Committee 2015: Scientific report of the DGAC: Advisory report to the Secretary of Health and Human Services and the Secretary of Agriculture.

[12] Dietary Guidelines Advisory Committee 2010: Report of the DGAC on the Dietary Guidelines for Americans.

[13] Scientific Advisory Committee on Nutrition 2015: Carbohydrates and Health Report.

[14] Santé Canada 2012: Résumé de l'évaluation par Santé Canada d'une allégation santé au sujet du remplacement des gras saturés par des gras monoinsaturés et polyinsaturés et la diminution du cholestérol; Dietary Guidelines Advisory Committee 2015: Scientific report of the DGAC: Advisory report to the Secretary of Health and Human Services and the Secretary of Agriculture; Dietary Guidelines Advisory Committee 2010: Report of the DGAC on the Dietary Guidelines for Americans; World Health Organization. 2016: Effect of trans-fatty acid intake on blood lipids and lipoproteins: a systematic review and meta-regression analysis; World Health Organization 2016: Effects of saturated fatty acids on serum lipids and lipoproteins: a systematic review and regression analysis.

[15] World Cancer Research Fund 2011: CUP report: colorectal cancer.

[16] Gouvernement du Canada. Les compétences alimentaires au Canada. Ottawa, 2015; Gouvernement du Canada. Amélioration des compétences culinaires : Aperçu des pratiques prometteuses au Canada et à l'étranger Études de cas. Ottawa, 2010. 

[17] Mills S, White M, Brown H, et al. 2017. Health and social determinants and outcomes of home cooking: A systematic review of observational studies. Appetite. 111:116-134.

[18] Gouvernement du Canada. Amélioration des compétences culinaires : Synthèse des données probantes et des leçons pouvant orienter l’élaboration de programmes et de politiques. Ottawa, 2010.

[19] Moubarac JC, Batal M, Martins AP, et al. Processed and ultra-processed food products: Consumption trends in Canada from 1938 to 2011. Can J Diet Pract Res. 2014;75(1):15-21.

[20] Statistique Canada. Enquête sur les dépenses des ménages (EDM), dépenses alimentaires détaillées, Canada, régions et provinces. Tableau 203-0028. Disponible à l’adresse :

http://www5.statcan.gc.ca/cansim/a05;jsessionid=78C9C14E6D80C1DE64402867592E44A0?id=2030028&lang=fra&retrLang=fra(consulté le 12 février 2017).

[21] Nguyen BT, Powell LM. The impact of restaurant consumption among US adults: Effects on energy and nutrient intakes. Public Health Nutr. 2014;17(11):2445-2452.